La formation linguistique des étrangers primo-arrivants après le CIR

9 novembre 2016

L’apprentissage du français constitue l’une des clés du parcours personnel d’intégration. Ainsi, aux termes de la loi du 7 mars 2016, dans le cadre du contrat d’intégration républicaine, la délivrance des titres de séjours (titre pluriannuel, carte de résident…) est désormais corrélée à la connaissance de la langue française. En effet, tout au long du parcours d’intégration, la progression et le niveau de français sont évalués.

La progression vers le niveau A1 est nécessaire pour l’obtention d’une carte de séjour pluriannuelle.

Le niveau A2 sera nécessaire, à partir du 7 mars 2018, pour obtenir la carte de résident.

Le niveau B1 oral est l’une des conditions de la naturalisation et constitue l’aboutissement du parcours d’intégration.

Les parcours linguistiques sont construits en lien avec le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) et déclinent, de façon structurée, trois grands axes : la vie publique, la vie pratique, et la vie professionnelle.

Le parcours de formation linguistique après le CIR

Des formations linguistiques sont proposées pour atteindre le niveau A2  et le niveau B1 oral.

La formation vers le niveau A2 se déroule en un seul rythme de 100 h de formation. Elle est financée par l’Etat. Toutefois,  l’inscription au passage des examens finaux de niveau A2 est à la charge du candidat. Elle fait l’objet d’un accompagnement : préparation au passage de ces tests et accompagnement vers leur inscription.

Un prestataire unique l’IFRA (institut de formation Rhône-Alpes), retenu au terme d’un appel d’offres de l’OFII, pilote et structure l’offre de formation A2 sur l’ensemble du territoire national.

Selon les mêmes modalités, la formation vers le niveau B1 oral se déroule en un seul parcours de 50 heures.

Un prestataire unique, GRETA, retenu au terme d’un appel d’offres de l’OFII, pilote et structure l’offre de formation sur l’ensemble du territoire national.

La cohérence de ce parcours, dans son contenu et dans ses exigences en matière de qualité, doit concourir à la progression linguistique des étrangers primo-arrivants et à l’augmentation de leur niveau de langue.

La cartographie de l’offre de formation linguistique

Plus largement, l’enjeu est également de mieux organiser et de structurer les interventions des différents acteurs de la formation linguistique, qu’il s’agisse de l’offre publique (cours municipaux par exemple), associative, privée, ou intervenant dans le cadre de la formation professionnelle. Des travaux d’inventaires et de cartographie ont été lancés en 2016, pour faciliter l’orientation des étrangers dans le cadre de leur parcours linguistique et leur permettre d’identifier les réponses adaptées à leurs besoins.

Une cartographie géo-localisée de l’offre de formation linguistique a été modélisée tout d’abord à l’échelon régional par le GIP Défi Métiers – Carif Oref d’Ile-de-France, et a vocation à être étendue, de 2016 à 2018, à l’échelon national, en suivant des étapes régionales successives, par l’association de gestion mutualisée (RCO) des Carif Oref.

Pour en savoir plus

Le Cadre européen commun de référence pour les langues (CCRL)

L’ensemble de l’architecture de la formation linguistique a été adossée au Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL, document élaboré par le Conseil de l’Europe). Ce document est destiné à offrir « une base commune pour l’élaboration de programmes de langues vivantes, de référentiels, d’examens, de manuels, en Europe ». Il décrit aussi complètement que possible ce que les apprenants d’une langue doivent acquérir afin de communiquer. Il énumère également l’ensemble des connaissances et des compétences nécessaires à un comportement langagier efficace. Le Cadre de référence définit également les niveaux de compétence permettant de mesurer le progrès de l’apprenant à chaque étape de son apprentissage.

Les compétences attendues pour chacun des 6 niveaux (du niveau A1 à C2) dans les domaines de la compréhension et de l’expression orales ainsi que de l’expression écrite sont synthétisées dans un tableau annexé au CECRL.

Les tests de compétences écrites et orales, auxquels sont soumis les étrangers primo-arrivants lors de leur passage sur la plateforme d’accueil de l’OFII, ont été élaborés à partir de ce cadre.