L’accès aux soins

30 octobre 2015

Les soins d’urgence

En attendant de bénéficier de la protection sociale offerte aux demandeurs d’asile dans le cadre de la couverture maladie universelle (CMU), vous pouvez vous rendre dans les permanences d’accès aux soins de santé (PASS) situées dans les hôpitaux. Vous serez pris en charge par des médecins et des médicaments vous seront délivrés gratuitement.

Par ailleurs, certaines associations proposent des permanences d’accès aux soins dentaires, ophtalmologiques ou psychologiques sans qu’il soit nécessaire d’être assuré social.

En fonction de votre lieu d’hébergement, les maisons du département abritent souvent des services de protection maternelle et infantile (PMI) chargés du suivi régulier des enfants et de leur vaccination, et des centres de planification et éducation familiale à destination des femmes (information sur la contraception et suivi des maternités). Vous pouvez bénéficier de ces services avant même votre affiliation à la CMU.

La couverture maladie universelle (CMU)

En tant que demandeur d’asile, vous pouvez bénéficier de la couverture maladie universelle (CMU) de base et complémentaire dès l’enregistrement de votre demande d’asile sur présentation de l’attestation de demande d’asile qui vous aura été remise au guichet unique, accompagnée d’une attestation de domiciliation.

Elle vous permet d’être pris en charge gratuitement pour tous vos frais médicaux et hospitaliers pour vous-même, votre conjoint et vos enfants.

Pour bénéficier de la CMU, vous devez en faire la demande auprès de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) de votre lieu de résidence. Vous pouvez vous faire aider pour effectuer cette démarche par la structure dans laquelle vous êtes hébergé ou la structure chargée de vous accompagner pendant l’examen de votre demande d’asile ou bien encore par certaines associations, par un centre communal ou intercommunal d’action sociale ou par le service social d’un hôpital.

Les droits à la CMU de base sont effectifs sans délai et permanents. Ils sont valables un an pour la CMU complémentaire. Il est donc nécessaire de demander annuellement le renouvellement des droits à la CMU complémentaire.

La CPAM peut vous demander par la suite des documents complémentaires afin de vous attribuer un numéro définitif et éditer une carte de santé électronique appelée « carte Vitale ».