Accueil, intégration

1 2 3 4 5 6 7

12 mars 2013

Comment mesurer le déclassement professionnel

Auteurs : Juliette Robin, chargée d’études, Division des Etudes et Enquêtes statistiques, Secrétariat général à l'immigration et à l'intégration, Département des statistiques, des études et de la documentation

Infos migrations n° 41, novembre 2012

La notion de déclassement permet d’apprécier l’articulation entre emploi et formation. Deux approches de cette notion, parmi plusieurs possibles, sont discutées. En premier lieu, le déclassement peut se comprendre comme le fait d’exercer une profession qui ne requiert pas théoriquement le niveau d’éducation atteint par la personne. En second lieu, il se comprend comme le fait de ne pas atteindre un niveau de salaire correspondant usuellement à ce niveau d’éducation. Mesurer le déclassement suppose ainsi des choix et la mise en place de méthodes qui sont présentées ici.



12 mars 2013

L’insertion professionnelle des immigrés et de leurs descendants en 2010

Infos migrations n° 31 - janvier 2012

Les immigrés occupent une part croissante dans la population active, alors que les descendants sont stables en proportion. Ces deux populations sont très touchées par le chômage, mais de façon très hétérogène suivant leur origine ou celle des parents. Le diplôme les protège très imparfaitement à cet égard. Les immigrés des pays tiers sont surreprésentés dans les secteurs des activités d’administration et de soutien, plus encore que dans l’hôtellerie-restauration ou la construction. Ils sont aussi plus fréquemment à temps partiel.



12 mars 2013

Les discriminations ressenties par les nouveaux migrants

Infos migrations n° 32 - février 2012

Les nouveaux migrants sont 27 % à déclarer avoir subi des discriminations, à comparer aux 26 % d’immigrés qui font ce même constat. Cette discrimination a souvent pour motif l’origine et comme modalité le refus d’un droit. Leur ressenti est donc assez proche de celui des immigrés ou descendants d’immigrés. Par contre, les Français nés Français déclarent plutôt avoir subi des discriminations en raison de leur genre, et ce sont (plus) des propos ou attitudes discriminatoires.



12 mars 2013

L’offre de formation linguistique dans le cadre du contrat d’accueil et d’intégration

Infos migrations n° 33 - février 2012

En 2009, 21 000 signataires du contrat d’accueil et d’intégration (CAI) se sont vu prescrire une formation linguistique. Cette formation est prescrite deux fois plus aux femmes qu’aux hommes. L’inactivité et la durée de présence jouent un rôle important, mais la nationalité apparaît clairement comme le facteur le plus déterminant de la prescription. Ainsi, une Sri Lankaise ne parlant pas français se verra prescrire une formation linguistique, tandis qu’un Tunisien actif arrivé en France après 30 ans, doté d’un CAP, ne l’aura pas.



12 mars 2013

Qui sont les immigrés âgés ?

Infos migrations n° 34 - février 2012

Au 1er janvier 2008, 1,7 million d’immigrés âgés de 55 ans ou plus réside sur le territoire français dont 794 000 sont originaires des pays tiers. Cette population connait des conditions de vie plus difficiles que la population non immigrée du même âge. Les immigrés âgés originaires des pays tiers résident en HLM dans 42 % des cas contre 9,1 % de la population âgée non immigrée. Leur état de santé dépend de leur origine et de leur sexe. Globalement, les hommes immigrés sont plutôt en meilleure santé, les femmes immigrées en moins bonne santé, relativement à leurs homologues non immigrés.



12 mars 2013

L’état de santé de la population immigrée âgée

Infos migrations n° 35 - février 2012

L’état de santé des 1,7 million d’immigrés de plus de 55 ans diffère suivant le sexe et les origines. Les immigrés âgés originaires d’Afrique fréquentent soit très peu, soit assez souvent, les généralistes, une partie notable d’entre eux a renoncé à des soins pour raison financière. Les immigrés âgés sont beaucoup plus aidés par des personnes non professionnelles, comparativement aux personnes de même âge non immigrées.



12 mars 2013

Le logement des nouveaux migrants en 2010

Infos migrations n° 36 - mars 2012

Plus des deux tiers des 97 736 signataires du Contrat d’Accueil et d’Intégration (CAI) de 2009 disposaient d’un logement personnel en 2010. Mais avant de vivre dans ce type de logement, nombreux se sont trouvés à un moment de leur vie en France dans une situation « transitoire » ou hébergés par un ami ou de la famille.
 Le type de logement dépend fortement du motif d’admission au séjour. Les personnes arrivées dans le cadre d’une migration familiale sont de manière générale mieux logées que les réfugiés ou les personnes venues pour migration professionnelle. Le sexe et la situation par rapport à l’activité jouent également un rôle déterminant sur le type de logement.



12 mars 2013

Diplômes et formations professionnelles des nouveaux migrants

Infos migrations n° 37 - mars 2012

Le parcours scolaire des nouveaux migrants s’est effectué pour la plupart dans le pays d’origine. Au moment de la migration, 40 % étaient sans diplôme ou diplômés de l’enseignement primaire et 21 % diplômés de l’enseignement supérieur. Ces derniers demandent assez peu souvent une reconnaissance de leur diplôme en France. Au fil du temps, une proportion notable l’obtient cependant.
Depuis l’arrivée en France, un nouveau migrant sur quatre a suivi ou suit encore des études. Au cours de la dernière année d‘observation (mi-2010—mi 2011), ils sont un sur sept à avoir effectué une formation professionnelle.



12 mars 2013

Les nouveaux migrants sont satisfaits de leurs premières années en France

Infos migrations n° 38 - mars 2012

Entre 2010 et 2011, la part des nouveaux migrants se déclarant satisfaits de leur expérience en France reste stable aux environs de 92 %. Mais cette stabilité cache en réalité une augmentation du degré de satisfaction pour 20 % des nouveaux migrants et, au contraire, une diminution du degré de satisfaction pour 10 % d’entre eux. Si la situation sur le marché du travail joue un rôle important dans la satisfaction ressentie de l’expérience en France, d’autres domaines tels que le logement et la situation financière sont à prendre en compte.
Les projets migratoires se sont affinés. La volonté d’installation en France est forte. De plus en plus de migrants souhaitent s’installer définitivement en France, voire demander plus tard la nationalité française.



12 mars 2013

L’emploi et les métiers des immigrés

Infos migrations n° 39 - mars 2012

La répartition par secteur d’activité et par métier des immigrés diffère suivant l’origine et le sexe. Dans l’ensemble, les immigrés sont dans une situation plus fragile au regard de l’emploi que les Français de naissance. Les disparités régionales de cette répartition traduisent essentiellement une adaptation aux contraintes locales du marché de l’emploi.



12 mars 2013

Les enjeux de la concentration spatiale des immigrés et de leurs descendants

Infos migrations n° 40 - mars 2012

La concentration territoriale des personnes ayant un lien récent avec la migration est ressentie négativement par celles-ci. Elles la subissent, les effets en sont particulièrement sensibles en termes de moindres mobilités territoriales et sociales. La question scolaire est par conséquent un enjeu fort, tandis que des conséquences se font sentir en termes de représentation identitaire et de sentiment d’insécurité.



12 mars 2013

L’insertion professionnelle des immigrés et de leurs descendants en 2011

Numéro 48 - janvier 2013
Les immigrés et leurs descendants sont plus nombreux à être actifs en 2011 qu’en 2008. Ces deux populations, quand elles sont originaires des pays tiers, n’en sont pas moins touchées par un chômage plus fort, même à diplôme élevé. Les écarts de chômage entre hommes et femmes se sont accrus ces dernières années. Les immigrés des pays tiers, plus souvent à temps partiel, sont largement surreprésentés dans les activités d’administration et de soutien, l’hôtellerie-restauration et la construction.



12 mars 2013

Qui sont les personnes devenues françaises ?

Numéro 47 - janvier 2013
En 2009, 2,8 millions de Français par acquisition (ou « naturalisés »), c’est-à-dire des personnes devenues françaises après leur naissance, vivent en France métropolitaine. Parmi eux, 2,2 millions sont des immigrés (c’est-à-dire nés à l’étranger). L’ensemble des naturalisés forme une population plus féminine et plus âgée que les Français de naissance et les étrangers. De plus, ils ont des origines un peu différentes de celles des étrangers. Ils sont par exemple plus souvent originaires du Cambodge, du Laos et du Vietnam. Les Français par acquisition sont surreprésentés en Picardie, en Lorraine, en Midi-Pyrénées, en Languedoc-Roussillon et en Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Enfin, ils ont un taux d’emploi plus élevé que celui des étrangers



12 mars 2013

L’accès aux emplois très qualifiés

Numéro 46 - janvier 2013
L’accès aux emplois très qualifiés est question de diplôme, mais aussi d’âge. Les personnes immigrées ou descendantes d’immigrés y accèdent moins fréquemment. Ces emplois sont inégalement répartis sur le territoire et par secteurs d’activités économiques. Diplômes, effets d’âge et de répartitions expliquent une large part des écarts d’accès par origine, mais pas la totalité. Les immigrés originaires des pays tiers semblent encore avoir un accès un peu plus restreint que les autres personnes d’origine étrangère, elles-mêmes en situation un peu moins favorable que la population sans lien à la migration.



12 mars 2013

Les populations très diplômées

Numéro 45 - janvier 2013

Le diplôme reste décisif pour l'accès à l'emploi, avec des problématiques de protection contre le chômage ou contre le déclassement. Les descendants d'immigrés semblent avoir accès aux diplômes de niveau élevé, dans une proportion similaire à l'ensemble de la population. Ce constat cache une situation bien moins favorable. A âge égal, ils ont au contraire un accès aux diplômes élevés moins fréquent, ce qui s'explique largement par le milieu social de la famille.




1 2 3 4 5 6 7