Infos migrations

7 juin 2018

La revue Infos migrations est une publication du département des statistiques, des études et de la documentation (DSED). Les sujets traités fournissent un éclairage sur les immigrés, leur arrivée, leur insertion et leurs conditions de vie en France.


Années : 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008

Numéros parus en 2018

                                                                                                                                ↑ Haut de page

Infos migrations - Numéro 93 - février 2018 :
Picto-pdf
Le statut d'activité des immigrés entre 1968 et 2013                                                                             
A l’instar de la population non immigrée, le statut d’activité de la population immigrée a fortement évolué au cours de la période 1968-2013. D’une part, de plus en plus de femmes accèdent au marché du travail. D’autre part, le niveau de diplôme joue un rôle croissant sur le statut d’activité.  Pour les immigrés, ce statut est davantage lié au sexe des individus qu’à leur pays de naissance ou leur diplôme. Mais être de nationalité française est aussi un facteur favorisant leur insertion sur le marché du travail.

Numéros parus en 2017

                                                                                                                                ↑ Haut de page

Infos migrations n° 92, novembre 2017 :
Picto-pdf
Le logement des familles de migrants à l’arrivée en France  
Les parents primo-arrivants vivant avec leurs enfants vivent plus souvent que les autres primo-arrivants en logement personnel et sont moins souvent hébergés chez un tiers. Néanmoins, les parents de famille monoparentale connaissant les situations de logement les plus précaires comptent davantage sur l’aide de leur famille et, dans une moindre mesure, l’aide des institutions pour se loger. Les motifs d’admission au séjour et les parcours administratifs des parents, notamment le passage par la procédure de demande d’asile en France, influencent également les parcours résidentiels.
                                                                             

 

Infos migrations n° 91, octobre 2017 :
Picto-pdf
Les compétences linguistiques des réfugiés les premières années en France
Les réfugiés nouvellement arrivés en France ont une moins bonne aisance en français que les autres nouveaux migrants, avec des niveaux similaires pour les femmes et les hommes. Trois ans après l’obtention de leur premier titre de séjour, leur aisance en français s’est fortement améliorée, encore plus pour les hommes que pour les femmes. Ces différences s’expliquent en partie par les caractéristiques sociodémographiques des réfugiés, notamment des origines plus fréquemment non francophones et une faible durée de présence en France. Ces difficultés sont aussi présentes dans le domaine des compétences à l’écrit et à l’oral. Les réfugiés ont de moins bonnes performances que les non-réfugiés.
Infos migrations n° 90, octobre 2017 :
Picto-pdf
L’activité des nouvelles migrantes après une ou plusieurs naissances
La naissance d’un enfant et une arrivée récente en France sont les facteurs principaux de la sortie d’activité des nouvelles migrantes. La scolarisation des enfants ou les gardes par un tiers favorisent le retour à l’activité, tandis que le niveau de diplôme des mères n’a pas d’impact. Quelle que soit leur situation familiale, les nouvelles migrantes en emploi recourent fréquemment au temps partiel, mais préfèreraient travailler davantage.
Infos migrations n° 89, juillet 2017 :
Picto-pdf
45 ans d’immigration en France : plus de femmes, des origines plus variées
En 2013, 5,7 millions d’immigrés résident en France métropolitaine, ce qui représente 9 % de la population. Depuis 1999, la population immigrée croît sur un rythme proche de celui observé entre 1968 et 1975, après avoir observé un palier entre 1975 et 1999. Majoritairement européennes jusque dans les années 1990, les origines des immigrés se sont ensuite diversifiées (Maghreb, puis Afrique subsaharienne et Asie). Si l’ensemble des immigrés est surreprésenté aux âges actifs, le vieillissement de la population est marqué pour les vagues d’immigration les plus anciennes. Parallèlement, la population immigrée s’est féminisée. En 2013, 51 % des immigrés sont des femmes alors qu’elles représentaient 44 % en 1968.
Infos migrations n° 88, juin 2017 :
Picto-pdf
Le parcours des étudiants étrangers arrivés en France entre 2002 et 2016

Entre 2002 et 2016, le nombre de premiers titres de séjour délivrés à des étudiants a augmenté pour atteindre 70 430 titres délivrés en 2016. Ces étudiants étrangers sont principalement originaires d’Afrique et d’Asie et la part des femmes au sein de cette population a augmenté.

Le parcours des étudiants a évolué au cours du temps. Les étudiants récemment arrivés repartent plus vite ou restent de moins en moins longtemps sous le statut étudiant que ceux arrivés au début des années 2000. Parmi ceux qui restent et changent de statut, ils se tournent de plus en plus vers un titre au motif économique plutôt que familial.

Infos migrations - Numéro 88 - juin 2017 (june 2017) :
Picto-pdf
The pathways of foreign students arriving in France between 2002 and 2016
Between 2002 and 2016, the number of first residence permits being issued to students increased to reach 70,430 in 2016. These foreign students largely come from Africa and Asia and the proportion of women within this population has grown.
Student pathways have changed over time. Students who have arrived more recently tend to leave again sooner or remain for less time on a student status than those who arrived at the start of the 2000s. Those who remain in the country and change status increasingly turn towards residence permits for remunerated activities rather than for family reasons.

Numéros parus en 2016

                                                                                                                                 ↑ Haut de page

Picto-pdf
Immigration dans les anciennes et nouvelles régions de France
Au 1er janvier 2016, l’organisation administrative de la France a changé, avec l’entrée en vigueur du nouveau découpage régional. Les tableaux présentent la part que représente la population immigrée dans la population totale, dans les nouvelles puis, pour mémoire, dans les anciennes régions selon le recensement de population de 2012 (Insee). Seuls les résultats pour la métropole sont présentés ici.
L’Insee définit un immigré comme une personne née étrangère à l’étranger.
Picto-pdf
Les étudiants étrangers dans l’enseignement supérieur français en 2014/2015
Les résultats présentés ici ont été publiés de façon conjointe par les services statistiques ministériels de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur.
Infos migrations - numéro 82-83 – avril 2016 :
Picto-pdf
En 2010 comme en 1990, des disparités régionales de la présence et de l’origine des immigrés
En 2010 comme en 1990, les immigrés sont plus nombreux parmi les habitants d’Île-de-France que parmi les habitants des autres régions de France métropolitaine. En 2010, ils sont également très présents en Alsace et dans le sud-est de la France. À l’opposé, ils sont peu présents en Bretagne en 2010 comme en 1990. Globalement, la part des immigrés a augmenté au niveau national. Elle a fortement augmenté en Île-de-France, en Alsace et dans l’ouest de la France, mais a diminué dans le sud-est et dans le Nord-Pas-de-Calais. À ces différences régionales en termes de présence immigrée, se rajoutent des spécificités en termes d’origine. Les immigrés originaires du Royaume-Uni sont très présents dans l’ouest, alors que ceux originaires d’Espagne le sont dans le sud-ouest. Les immigrés des pays tiers sont très représentés en Île-de-France.
Picto-pdf
Le logement des immigrés vivant en France en 2012
Infos migrations - Numéro 84 – mai 2016 :
Picto-pdf
Les acquisitions de la nationalité française de 1945 à nos jours
L’évolution des acquisitions de la nationalité française dépend d’une part des différents flux migratoires avec un décalage dans le temps et d’autre part des réformes effectuées dans ce domaine. Ces réformes ont été très nombreuses au cours des dernières décennies. Si les acquisitions par décret étaient très largement majoritaires jusqu’au début des années 1980, les acquisitions par mariage ont vu leur part augmenter depuis. Les nouveaux Français sont un peu plus souvent des femmes. Celles-ci acquièrent plus fréquemment la nationalité française par mariage, alors que les hommes l’acquièrent un peu plus par décret ou par déclaration anticipée. Les origines des nouveaux Français étaient principalement européennes entre 1945 et 1973, puis se sont fortement diversifiées à partir des années 1980.
 Infos migrations - Numéro 85 – juin 2016 :
Picto-pdf
L’acquisition de la nationalité française des immigrés : quels déterminants ?
  Pour un immigré, obtenir la nationalité française dépend d’un grand nombre de facteurs, dont les plus importants découlent de liens forts avec la France qui se tissent le plus souvent dès le plus jeune âge. Les nouveaux Français sont fréquemment arrivés jeunes, ont suivi leur scolarité en France ou se sont mariés avec un Français. La part importante des réfugiés devenus français s’explique par des facteurs spécifiques.
Picto-pdf
Les étudiants étrangers dans l’enseignement supérieur français en 2015/2016
Picto-pdf
L’immigration en France, données du recensement 2013
Picto-pdf
Activité, emploi et chômage des immigrés en 2015
D’après l’Insee, en France métropolitaine, 28 726 500 personnes sont actives en 2015, c’est-à-dire en emploi ou au chômage [1, 2]. L’Insee suit les définitions (activité, emploi, chômage) du Bureau international du travail (BIT).
Picto-pdf
Le logement des immigrés vivant en France en 2013
L’Insee distingue les logements « ordinaires » des autres formes d’habitat comme les logements en résidence offrant des services spécifiques (pour personnes âgées, étudiants, personnes handicapées…), les habitations mobiles, voire les mariniers et les sans-abris.
Picto-pdf
Immigration dans les anciennes et les nouvelles régions en 2013
En France métropolitaine, la part des immigrés (personnes nées étrangères à l’étranger) dans la population est de 9,0 %. L'Île-de-France est la région métropolitaine comptant le plus d’immigrés dans sa population (18,5 %), tandis que la Bretagne est celle qui en compte le moins (3,1 %).
Infos migrations - Numéro 86 - octobre 2016 :
Picto-pdf
Familles d'immigrés et de descendants : entre spécificités et convergence vers le pays d'accueil
 Les structures familiales des immigrés et des descendants d’immigrés sont proches de celle de la population majoritaire, malgré des différences selon l’origine. Pour les immigrés, la structure familiale s’explique davantage par des effets liés à l’origine plutôt que par leurs caractéristiques sociodémographiques. Pourtant, les comportements familiaux des immigrés semblent plus se rapprocher du profil familial du pays d’accueil que du pays d’origine. Cette convergence est encore plus nette pour les descendants.
Infos migrations - Numéro 87 - octobre 2016 :
Picto-pdf
Le logement des réfugiés les premières années en France
 En 2010, les réfugiés nouvellement arrivés en France vivaient moins souvent dans un logement autonome et confortable que les non réfugiés. Ce constat perdure en 2013 malgré une mobilité résidentielle plus importante chez les réfugiés. Le type de logement occupé diffère fortement selon le profil des réfugiés. L’emploi favorise l’accès au logement autonome encore plus pour les réfugiés que pour les non réfugiés.

Numéros parus en 2015

                                                                                                                                 ↑ Haut de page

Picto-pdf
Activité, emploi, chômage des immigrés en 2013
Infos migrations - Numéro 75 - février 2015 :
Picto-pdf
Des études aux métiers, un ajustement qui prend du temps
 Ce nouveau numéro d'Infos migrations décrit l'inadéquation entre filière d'études suivies et emploi exercé. Elle concerne davantage les immigrés, voire leurs descendants que les autres résidents français.  L’ajustement entre formation et emploi s’opère au cours du temps, mais les immigrés cumulent des difficultés spécifiques : maîtrise parfois limitée du français, diplômes obtenus à l’étranger, choix de filières moins demandées. Ainsi sont-ils davantage exposés au risque de déclassement.
Picto-pdf
Les étudiants étrangers dans l’enseignement supérieur français en 2013 / 2014
 Voici les principaux résultats relatifs aux étudiants de nationalité étrangère dans l’enseignement supérieur français avec les résultats de l’année universitaire 2013 – 2014. Les résultats présentés ici sont publiés de façon conjointe par les services statistiques ministériels de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur.
Infos migrations - Numéro 76 – juin 2015 :
Picto-pdf
Le recours aux soins des nouveaux migrants
 Les immigrés, en particulier ceux arrivés récemment en France, sont en assez bonne santé en général du fait de leur âge. Mais leur niveau de vie est plutôt modeste et ils ont un risque notable de devoir renoncer à des soins dont ils auraient besoin. Les nouveaux migrants renoncent plus à recourir à un médecin spécialiste qu’à un généraliste. La mauvaise maitrise du français est un facteur avéré de risque, spécifique aux nouveaux migrants, de renoncement aux soins.
Infos migrations - Numéro 77 – juin 2015 :
Picto-pdf
Les femmes immigrées installées en France depuis moins de 10 ans
 En 2011, environ 700 000 immigrées sont présentes en France depuis moins de 10 ans. D’origines de plus en plus diverses, les migrantes sont aussi de plus en plus diplômées. Plutôt jeunes, ces femmes sont plus souvent en couple que les non-immigrées du même âge. La plupart de celles qui vivent en couple sont mariées. Ces nouvelles migrantes demeurent une population fragile au regard de critères économiques avec des taux de chômage importants. Et quand elles sont en emploi, une part d’entre elles subissent un déclassement professionnel marqué. Néanmoins, elles sont nombreuses à occuper des postes qualifiés en relation avec leurs compétences.
Picto-pdf
Immigration en France, données du dernier recensement : 2012
 Voici les principaux résultats relatifs à l’immigration en France pour l’année 2012. L’Insee définit un immigré comme une personne née étrangère à l’étranger.
Infos migrations - Numéro 79 - août 2015 :
Picto-pdf
La fécondité des descendantes d’immigrés est proche de celle de la population majoritaire
 La fécondité des femmes descendantes d’immigrés ne diffère pas de celle des femmes sans lien avec la migration. En 2010, elles ont eu en moyenne respectivement 1,85 et 1,86 enfant par femme, tandis que les femmes immigrées ont une fécondité plus forte s’élevant en moyenne à 2,73 enfants par femme. Si, pour les immigrées, la fécondité varie selon le pays d’origine, cela est moins marqué pour les descendantes d’immigrés.
Infos migrations - Numéro 78 - août 2015 :
Picto-pdf
Les réfugiés : des origines très diverses, des difficultés en français
 Les réfugiés ont des caractéristiques démographiques (sexe, âge, pays d’origine, …) et socioéconomique (statut d’emploi, niveau de diplôme, …) qui diffèrent de celles des autres immigrés. Ils ont aussi plus fréquemment une moins bonne maîtrise du français. Toutefois, cette moindre maîtrise n’est pas directement liée au statut de réfugié. Elle résulte d’une combinaison de caractéristiques qui leur sont plus souvent défavorables telles qu’une origine géographique non-francophone, l’arrivée en France à un âge tardif ou encore un niveau de diplôme plus faible.
Infos migrations - Numéro 80-81 - Décembre 2015 :
Picto-pdf
Les premières années en France des réfugiés
 En 2010, plus d’un nouveau migrant sur dix est un réfugié. En comparaison des non réfugiés, cette population migrante a des caractéristiques spécifiques. En 2010, les nouveaux réfugiés, hommes ou femmes, cumulaient des caractéristiques défavorables au moment de la délivrance de leur titre de séjour, que ce soit sur le marché du travail, en termes de conditions de logement ou dans la connaissance de la langue française. Toutefois, les réfugiés forment la population où ces situations évoluent le plus rapidement et le plus favorablement dans l’ensemble de ces domaines au cours des trois années suivantes. C’est particulièrement vrai dans le domaine de l’emploi où leur situation sur le marché du travail ne diffère pratiquement plus des non réfugiés.
Picto-pdf
Immigration dans les anciennes et nouvelles régions de France
 Au 1er janvier 2016, l’organisation administrative de la France changera, avec l’entrée en vigueur du nouveau découpage régional. Les tableaux présentent la part que représente la population immigrée dans la population totale, dans les nouvelles puis, pour mémoire, dans les anciennes régions selon le recensement de population de 2011 (Insee). Seuls les résultats pour la métropole sont présentés ici.
L’Insee définit un immigré comme une personne née étrangère à l’étranger.
Infos migrations n°80-81 - 2015 December :
Picto-pdf
Refugees’ first years in France after receiving their first residence permit
 In 2010, refugees are more than one tenth of new migrants. They have specific features that are different from those of non-refugees. In 2010, refugees of both genders cumulated several adverse characteristics on the labour market, in terms of housing conditions and knowledge of the French language. Even so, refugees are the population for whom all these situations change faster and in a more positive way in the following three years after receiving their first residence permit. This is particularly true as regards employment: their situation on the labour market is practically the same as that of non-refugees.

Numéros parus en 2014

                                                                                                                                ↑ Haut de page

Infos migrations - Numéros 58-59 - janvier 2014 :
Picto-pdf
Les migrations vues par des macro-économistes
 Deux économistes, spécialistes de la mondialisation, apportent des réponses à la question : « pourquoi y-a-t-il eu autant de migrants durant la deuxième moitié du XIXème siècle ? ». D’abord parce que les salaires dans le pays d’accueil sont très supérieurs aux salaires dans le pays d’origine. Ensuite parce que la constitution d’une communauté de « primo-migrants » ou « pionniers » abaisse le coût de la migration de leurs successeurs. Ces économistes complètent leur analyse en examinant l’impact des migrations sur les marchés du travail, dans le pays d’origine et dans le pays d’accueil. Pour les pays d’origine, dont la main-d’œuvre est trop abondante, l’émigration favorise la croissance. Pour les pays d’accueil, l’immigration influe à la baisse les salaires des non qualifiés. La migration induit des effets de convergence économique entre zones d’émigration et d’immigration. Les effets sont plus modestes, voire inverses à l’intérieur d’une même zone.
Infos migrations - Numéro 60 - février 2014 :
Picto-pdf
Activité des immigrés en 2012
 Les immigrés sont plus nombreux à être actifs en 2012 qu’en 2008. Bien qu’il y ait des différences par origines, globalement les hommes immigrés sont très actifs, les femmes moins. Ces deux populations, quand elles sont originaires des pays tiers, sont largement touchées par le chômage. Les immigrés des pays tiers sont surreprésentés dans les activités d'administration et de soutien, l'hôtellerie-restauration et la construction ainsi que dans les emplois salariés hors statut public. Les caractéristiques sectorielles se répercutent sur le temps de travail : les immigrés travaillent plus fréquemment, et de façon encore plus subie, à temps partiel que les non immigrés.
Infos migrations - Numéro 61 - février 2014 :
Picto-pdf
Les étrangers en France en 2010
 (mise à jour le 28 juillet 2014)
 Les 3,7 millions d’étrangers résidant en France métropolitaine sont majoritairement Européens ou Africains. Ils sont différents des Français au niveau de l’âge et du sexe : en moyenne, la population étrangère est plus jeune et plus masculine que l’ensemble des Français. Les étrangers sont particulièrement présents en Île-de-France, en Corse et en Alsace. Les étrangers résidant en France représentent seulement un peu plus de la moitié des personnes nées à l’étranger. Ces dernières comprennent aussi des Français de naissance mais nés à l’étranger (principalement au Maghreb).
Infos migrations - Numéro 62 - février 2014 :
Picto-pdf
Présence étrangère en Europe
 Environ une personne sur dix dans l’Union européenne est née dans un pays qui n’est pas celui où elle réside. Proximités géographiques ou culturelles expliquent les particularités de chaque pays d’accueil en termes d’origines. A l’inverse des origines, les caractéristiques de sexe et d’âge sont plus homogènes par pays d’accueil. Conséquences de migrations plus anciennes, les personnes de deuxième génération occupent une place importante seulement dans quelques pays, dont la France.
Infos migrations - Numéro 63 - février 2014 :
Picto-pdf
Aperçu sur les migrations mondiales en 2013
 En 2013, les États-Unis d’Amérique accueillent le plus grand nombre de migrants mais c’est aux Émirats arabes unis que la proportion d’immigrés est la plus élevée. Le Moyen-Orient devient une nouvelle aire d’immigration. Dans les deux grands pays de cette zone, l'Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis, on compte près de 17 millions d'immigrés. Les migrants internationaux constituent près de 11% de la population dans les pays en développement, contre moins de 9% en 2000. Mais les migrants se dirigent davantage encore vers les pays développés. Une grande partie ont un niveau d’éducation élevé, notamment ceux originaires d’Afrique ou d’Amérique latine.
Infos migrations - Numéro 64 - avril 2014 :
Picto-pdf
Les rencontres des nouveaux migrants et leurs circonstances
 Entre  leur  arrivée  en  France  et  2011,  94  %  des  nouveaux  migrants  ont  rencontré  des  nouvelles  personnes.  Avec  le  temps,  les  réseaux  d’amis  sont  de  plus  en  plus  diversifiés  au  niveau  des  origines. L’intensité et les circonstances des rencontres dépendent  étroitement  de l’âge des migrants, lui-même lié à l’activité. Les hommes développent un peu plus leur réseau amical que les femmes, surtout grâce à leur travail. Les formations suivies par les migrants favorisent le développement de ces réseaux, notamment pour les inactifs.
Infos migrations - Numéro 65 – avril 2014 :
Picto-pdf
Les compétences des immigrés
 Les  immigrés  sont  plus  fréquemment  en  difficulté  à  l’écrit,  à  l’oral  et  en  calcul  que  les  non-immigrés. Les plus fortes difficultés  s’observent à l’écrit  puis en compréhension orale  et  enfin en calcul. Plus encore que pour les non-immigrés, les difficultés à l’écrit sont accompagnées de difficultés dans les autres domaines. Les femmes immigrées sont plus fréquemment en difficulté que les hommes immigrés, quel que soit le domaine de compétences.
Infos migrations - Numéro 66 - avril 2014 :
Picto-pdf
Démographie des descendants d’immigrés
 En  France,  6,8  millions  de  personnes  ont  au  moins  un  parent  immigré  sans  être  immigrées  elles-mêmes.  La  population  des  descendants  d’immigrés  croît  rapidement.  Cela  résulte  d’abord  de  la  structure d’âge des immigrés : ces derniers sont surreprésentés aux âges où l’on a des enfants. L’exogamie est le deuxième facteur à considérer : un tiers des hommes immigrés en couple ont une conjointe non immigrée, et leurs enfants sont alors comptés comme descendants d’immigrés.
Infos migrations - Numéro 67 - avril 2014 :
Picto-pdf
Activité des descendants d’immigrés en 2012
 Les descendants des immigrés originaires des pays tiers sont très touchés par le chômage. Leur structure  par  âge  et  leur  niveau  de  diplôme  ne  permet  d’expliquer  que  partiellement  l’écart  avec  d’autres populations.  Leur  répartition  géographique  à  un  niveau  local  a  un  impact  négatif  fort,  mais  qu’il  est difficile de bien quantifier.
Infos migrations - Numéro 68 – juin 2014 :
Picto-pdf
Les difficultés des immigrés à l’écrit
 Les immigrés sont plus nombreux à être en difficulté à l’écrit que les non-immigrés. Les personnes sont d’autant moins nombreuses à être en difficulté lorsqu’elles sont arrivées en France avant leur majorité, qu’elles ont appris à lire en français, qu’elles sont naturalisées ou qu’elles viennent d’un pays de l’Union européenne plutôt que d’un pays tiers. Les plus diplômés et ceux qui sont en emploi sont moins souvent en difficulté. Ces capacités à maîtriser l’écrit en français peuvent avoir des conséquences dans la vie quotidienne.
Infos migrations - Numéro 69 – juin 2014 :
Picto-pdf
Les liens familiaux des nouveaux migrants
 Le projet migratoire des nouveaux migrants comporte une dimension familiale importante pour les femmes, mais aussi pour les hommes : deux nouveaux migrants sur cinq rejoignent leur conjoint. La plupart des enfants de ces unions naissent en France. En revanche, les parents des migrants restent au pays d’origine. Les nouveaux migrants sont majoritaires à avoir au moins un membre de famille de nationalité française, le plus souvent de naissance. Cette proximité avec des Français est à mettre en relation avec l’aisance relative des nouveaux migrants en français.
Infos migrations - Numéro 70 – juillet 2014 :
Picto-pdf
L’état de santé des nouveaux migrants
 L’état de santé des nouveaux migrants apparaît comme moins bon que celui de la population en général, à âge et sexe donnés. Cet état de santé se dégrade au fur et à mesure que la durée de présence en France augmente. Il ne dépend qu’assez peu du pays d’origine, bien que les personnes venues d’Asie se déclarent un peu plus fréquemment en mauvaise santé que les autres nouveaux migrants.
Infos migrations - Numéro 71 – juillet 2014 :
Picto-pdf
Les familles des immigrés
 En 2010, plus de 5,5 millions de personnes immigrées vivent en France. Elles représentent 9 % de la population. Leur fécondité est un peu plus élevée que celle des non-immigrées. Les immigrés qui vivent en couple sont plus fréquemment mariés que les autres personnes. Les personnes seules et les familles sans enfant sont plus rares, ce qui résulte d’abord de la structure par âge de cette population. Il est encore un peu plus fréquent pour les familles immigrées, comparées aux familles non immigrées, d’avoir plus de trois enfants.
Infos migrations - Numéro 72-73 – juillet 2014 :
Picto-pdf
ELIPA 2013 : les premiers résultats
 Après trois années en France, les nouveaux migrants surmontent « le choc de la migration » pour la plupart : le taux d’emploi en 2013 dépasse celui d’avant migration même pour les femmes. Cependant ces dernières sont pour près d’un tiers femmes au foyer. Cette inactivité résulte d’abord de contraintes familiales. Ces femmes ont majoritairement l’intention de travailler à court ou moyen terme. Si un quart des femmes étaient en difficulté en français en 2010, cette proportion chute à un sixième en 2013 (et un dixième pour les hommes). L’hébergement se normalise : la part des personnes hébergées par un particulier ou dans diverses situations transitoires pas se de près d’un tiers en 2010 à moins d’un cinquième en 2013.
Infos migrations n°72-73, 2014 July :
Picto-pdf
ELIPA 2013 : the first results
 After three years in France, most of the new migrants have overcome "migration shock" : the employment rate in 2013 is higher than it was before migration, even for the women. However, nearly one third of the women are homemakers. The prime reason for their being out of the labour force is family responsibilities. The majority of these women intend to work in the short or medium term. Whereas one in four of the women had difficulty with French in 2010, this proportion fell to one in six in 2013 (and one in ten for the men). The housing situation is becoming "normal" : in 2013, less than one in five is in short-term housing or housed by others, as opposed to nearly one in three in 2010.
Infos migrations número 72-73 – julio de 2014 :
Picto-pdf
ELIPA 2013: los primeros resultados
 Luego de tres años en Francia, la mayoría de los recién inmigrados supera el "choque de migración”: la tasa de empleo de 2013 es superior a la de antes de la inmigración. Esto es válido incluso para las mujeres, aunque casi un tercio de ellas es ama de casa. Las obligaciones familiares son la principal causa de esta inactividad. Estas mujeres tienen en general la intención de trabajar a corto o medio plazo. Mientras que en 2010 un cuarto de las mujeres tenía dificultades con el francés, la proporción bajó a un sexto en 2013 (y a un décimo para los hombres). El alojamiento se estabiliza: la proporción de personas alojadas en casa de un particular o en diversas situaciones transitorias ha pasado de cerca de un tercio en 2010 a un quinto en 2013.
Infos migrations - Numéro 74 – octobre 2014 :
Picto-pdf
Les conditions de logement des nouveaux migrants changent et s’améliorent la première année
 Entre 2010 et 2011, 26 % des nouveaux migrants ont déménagé. Ces déménagements fréquents ont pour objectif premier d’accéder à un logement autonome. Ainsi, les nouveaux migrants deviennent assez souvent locataires dans le secteur social. Au delà du besoin d’autonomie, c’est encore le souhait d’accéder à des logements plus grands et plus confortables, en particulier si la famille s’agrandit, qui motive les nouveaux migrants. L’arbitrage entre recherche d’un logement plus autonome ou plus confortable est ainsi fait sous contraintes économiques, mais aussi familiales.

Numéros parus en 2013

                                                                                                                                 ↑ Haut de page

Numéro 45 - janvier 2013
Picto-pdf
Les populations très diplômées
Le diplôme reste décisif pour l'accès à l'emploi, avec des problématiques de protection contre le chômage ou contre le déclassement. Les descendants d'immigrés semblent avoir accès aux diplômes de niveau élevé, dans une proportion similaire à l'ensemble de la population. Ce constat cache une situation bien moins favorable. A âge égal, ils ont au contraire un accès aux diplômes élevés moins fréquent, ce qui s'explique largement par le milieu social de la famille.
Numéro 46 - janvier 2013
Picto-pdf
L’accès aux emplois très qualifiés
L’accès aux emplois très qualifiés est question de diplôme, mais aussi d’âge. Les personnes immigrées ou descendantes d’immigrés y accèdent moins fréquemment. Ces emplois sont inégalement répartis sur le territoire et par secteurs d’activités économiques. Diplômes, effets d’âge et de répartitions expliquent une large part des écarts d’accès par origine, mais pas la totalité. Les immigrés originaires des pays tiers semblent encore avoir un accès un peu plus restreint que les autres personnes d’origine étrangère, elles-mêmes en situation un peu moins favorable que la population sans lien à la migration.
Numéro 47 - janvier 2013
Picto-pdf
Qui sont les personnes devenues françaises ?
En 2009, 2,8 millions de Français par acquisition (ou « naturalisés »), c’est-à-dire des personnes devenues françaises après leur naissance, vivent en France métropolitaine. Parmi eux, 2,2 millions sont des immigrés (c’est-à-dire nés à l’étranger). L’ensemble des naturalisés forme une population plus féminine et plus âgée que les Français de naissance et les étrangers. De plus, ils ont des origines un peu différentes de celles des étrangers. Ils sont par exemple plus souvent originaires du Cambodge, du Laos et du Vietnam. Les Français par acquisition sont surreprésentés en Picardie, en Lorraine, en Midi-Pyrénées, en Languedoc-Roussillon et en Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Enfin, ils ont un taux d’emploi plus élevé que celui des étrangers.
Numéro 48 - janvier 2013
Picto-pdf
L’insertion professionnelle des immigrés et de leurs descendants en 2011
Les immigrés et leurs descendants sont plus nombreux à être actifs en 2011 qu’en 2008. Ces deux populations, quand elles sont originaires des pays tiers, n’en sont pas moins touchées par un chômage plus fort, même à diplôme élevé. Les écarts de chômage entre hommes et femmes se sont accrus ces dernières années. Les immigrés des pays tiers, plus souvent à temps partiel, sont largement surreprésentés dans les activités d’administration et de soutien, l’hôtellerie-restauration et la construction.
Numéro 49 - février 2013
Picto-pdf
L’évolution du cercle d’amis des nouveaux migrants
Plus de huit nouveaux migrants sur dix ont développé leur cercle d’amis entre leur arrivée en France et 2010. L’évolution de ce cercle est d’abord liée à l’ancienneté de présence en France, mais encore à la situation professionnelle et familiale. Les cercles d’amis se développant en France sont majoritairement diversifiés. Les cercles peu diversifiés, souvent associés à une plus faible aisance en français, concernent surtout les Asiatiques.
Numéro 50 - mars 2013
Picto-pdf
Le travail à temps partiel des femmes immigrées
Les femmes immigrées sont plus fréquemment à temps partiel que les autres salariées. Elles partagent avec les autres salariées des caractéristiques, charge de famille en premier lieu, qui « expliquent » en grande partie cette façon de travailler. Plus spécifiquement, l’accès à l’emploi signifie plus souvent pour les femmes immigrées, d’être employée par un ménage. Ces emplois sont souvent à temps partiel, peu qualifiés et moins stables que le salariat en CDI. Cependant, les femmes immigrées trouvent là fréquemment une entrée sur le marché du travail.
Numéro 51 - mars 2013
Picto-pdf
L'insertion professionnelle des femmes immigrées
Moins souvent actives que l’ensemble de la population française, les femmes immigrées des pays tiers sont également plus touchées par le chômage. A niveau de diplôme égal, elles ont plus de difficultés à obtenir un emploi. Leur insertion professionnelle évolue avec leur ancienneté en France. Par ailleurs, la mobilité intersectorielle des femmes immigrées reste modeste.
Numéro 52 - mars 2013
Picto-pdf
Les familles monoparentales immigrées cumulent les difficultés
Les immigrés sont un peu plus fréquemment à la tête d’une famille monoparentale que les non immigrés. Cette différence s’explique d’abord par des effets d’âge. D’autres aspects distinguent ces familles : l’adulte la dirigeant est plus souvent une femme et il y a plus d’enfants, en comparaison des autres familles monoparentales. La situation de ces familles est également spécifique sur le marché du travail ou encore pour les conditions de vie.
Infos migrations - Numéro 53 - mars 2013
Picto-pdf
Mesurer le confort des logements des nouveaux migrants
Si plus de sept nouveaux migrants sur dix vivent dans un logement personnel (loué ou acheté), cela ne signifie pas pour autant qu’ils vivent dans un logement confortable. Plus de quatre nouveaux migrants sur dix occupant un logement personnel ou hébergés par un particulier vivent dans un logement confortable, près de la moitié ont un logement au confort moyen et environ un sur dix vit dans un logement dont le confort est insuffisant. La taille du logement, jugé trop petit, quel que soit son type, est le défaut le plus fréquemment cité. Les personnes locataires du secteur social et les personnes hébergées ont un logement plus confortable que les personnes locataires du secteur privé.
Infos migrations - Numéro 54 - mars 2013
Picto-pdf
Les conditions de logement des nouvelles migrantes
Les nouveaux migrants ont des conditions de logement moins favorables que l’ensemble de la population. Toutefois, ces conditions sont différentes suivant que l’on est une femme ou un homme. Ainsi, les femmes sont mieux logées que les hommes : plus souvent en logement personnel, elles habitent aussi dans des logements plus confortables. Le motif de migration et surtout la composition familiale constituent les premiers éléments explicatifs des différences observées.
Infos migrations - Numéro 55 - avril 2013
Picto-pdf
L’impact des cours de français pour les nouveaux migrants
Les signataires du contrat d'accueil et d'intégration (CAI) peuvent bénéficier de cours de français. Ces cours permettent des progrès, cependant limités. La progression en français dépend d'abord du niveau initial puis de l'environnement au quotidien. Ces progrès trouvent d'abord une concrétisation dans la vie courante.
Infos migrations - Numéro 56 - mai 2013
Picto-pdf
Deux enquêtes sur l’intégration des nouveaux migrants
Deux enquêtes longitudinales successives, PPM et Elipa, ont porté sur les nouveaux migrants. Les objectifs sont similaires : mieux connaître les parcours d'intégration de cette population durant les premières années de résidence en France. Il est possible, sous conditions, de tirer des enseignements complémentaires en combinant les résultats de ces deux enquêtes.
Infos migrations - Numéro 57 - juillet 2013
Picto-pdf
La qualité de vie des personnes nées à l’étranger
Les personnes nées à l’étranger déclarent plus fréquemment des difficultés dans plusieurs domaines qui contribuent à la qualité de vie. Elles déclarent moins souvent ressentir un bien-être élevé. En emploi, elles se sentent encore davantage exposées à des conditions de travail difficiles. Une part notable de ces écarts avec l’ensemble de la population tient à des caractéristiques sociodémographiques qui sont moins favorables aux personnes nées à l’étranger.
Picto-pdf
The quality of life of non-native residents
Non-native residents of France more frequently declare difficulties in several areas that contribute to the quality of life. They less frequently declare that they have a high level of well-being. As regards their employment, they feel rather more exposed to difficult work conditions. A considerable part of the differences between them and the majority of the population is due to socio-demographic features that are less favourable to people born outside France.

Numéros parus en 2012

                                                                                                                                 ↑ Haut de page

Infos migrations n° 40 - mars 2012
Picto-pdf
Les enjeux de la concentration spatiale des immigrés et de leurs descendants
La concentration territoriale des personnes ayant un lien récent avec la migration est ressentie négativement par celles-ci. Elles la subissent, les effets en sont particulièrement sensibles en termes de moindres mobilités territoriales et sociales. La question scolaire est par conséquent un enjeu fort, tandis que des conséquences se font sentir en termes de représentation identitaire et de sentiment d’insécurité.
Infos migrations n° 39 - mars 2012
Picto-pdf
L’emploi et les métiers des immigrés
La répartition par secteur d’activité et par métier des immigrés diffère suivant l’origine et le sexe. Dans l’ensemble, les immigrés sont dans une situation plus fragile au regard de l’emploi que les Français de naissance. Les disparités régionales de cette répartition traduisent essentiellement une adaptation aux contraintes locales du marché de l’emploi.
Infos migrations n° 38 - mars 2012
Picto-pdf
Les nouveaux migrants sont satisfaits de leurs premières années en France
Entre 2010 et 2011, la part des nouveaux migrants se déclarant satisfaits de leur expérience en France reste stable aux environs de 92 %. Mais cette stabilité cache en réalité une augmentation du degré de satisfaction pour 20 % des nouveaux migrants et, au contraire, une diminution du degré de satisfaction pour 10 % d’entre eux. Si la situation sur le marché du travail joue un rôle important dans la satisfaction ressentie de l’expérience en France, d’autres domaines tels que le logement et la situation financière sont à prendre en compte.
Les projets migratoires se sont affinés. La volonté d’installation en France est forte. De plus en plus de migrants souhaitent s’installer définitivement en France, voire demander plus tard la nationalité française.
Infos migrations n° 37 - mars 2012
Picto-pdf
Diplômes et formations professionnelles des nouveaux migrants
Le parcours scolaire des nouveaux migrants s’est effectué pour la plupart dans le pays d’origine. Au moment de la migration, 40 % étaient sans diplôme ou diplômés de l’enseignement primaire et 21 % diplômés de l’enseignement supérieur. Ces derniers demandent assez peu souvent une reconnaissance de leur diplôme en France. Au fil du temps, une proportion notable l’obtient cependant.
Depuis l’arrivée en France, un nouveau migrant sur quatre a suivi ou suit encore des études. Au cours de la dernière année d‘observation (mi-2010—mi 2011), ils sont un sur sept à avoir effectué une formation professionnelle.
Infos migrations n° 36 - mars 2012
Picto-pdf
Le logement des nouveaux migrants en 2010
Plus des deux tiers des 97 736 signataires du Contrat d’Accueil et d’Intégration (CAI) de 2009 disposaient d’un logement personnel en 2010. Mais avant de vivre dans ce type de logement, nombreux se sont trouvés à un moment de leur vie en France dans une situation « transitoire » ou hébergés par un ami ou de la famille.
 Le type de logement dépend fortement du motif d’admission au séjour. Les personnes arrivées dans le cadre d’une migration familiale sont de manière générale mieux logées que les réfugiés ou les personnes venues pour migration professionnelle. Le sexe et la situation par rapport à l’activité jouent également un rôle déterminant sur le type de logement.
Infos migrations n° 35 - février 2012
Picto-pdf
L’état de santé de la population immigrée âgée
L’état de santé des 1,7 million d’immigrés de plus de 55 ans diffère suivant le sexe et les origines. Les immigrés âgés originaires d’Afrique fréquentent soit très peu, soit assez souvent, les généralistes, une partie notable d’entre eux a renoncé à des soins pour raison financière. Les immigrés âgés sont beaucoup plus aidés par des personnes non professionnelles, comparativement aux personnes de même âge non immigrées.
Infos migrations n° 34 - février 2012
Picto-pdf
Qui sont les immigrés âgés ?
Au 1er janvier 2008, 1,7 million d’immigrés âgés de 55 ans ou plus réside sur le territoire français dont 794 000 sont originaires des pays tiers. Cette population connait des conditions de vie plus difficiles que la population non immigrée du même âge. Les immigrés âgés originaires des pays tiers résident en HLM dans 42 % des cas contre 9,1 % de la population âgée non immigrée. Leur état de santé dépend de leur origine et de leur sexe. Globalement, les hommes immigrés sont plutôt en meilleure santé, les femmes immigrées en moins bonne santé, relativement à leurs homologues non immigrés.
Infos migrations n° 33 - février 2012
Picto-pdf
L’offre de formation linguistique dans le cadre du contrat d’accueil et d’intégration
En 2009, 21 000 signataires du contrat d’accueil et d’intégration (CAI) se sont vu prescrire une formation linguistique. Cette formation est prescrite deux fois plus aux femmes qu’aux hommes. L’inactivité et la durée de présence jouent un rôle important, mais la nationalité apparaît clairement comme le facteur le plus déterminant de la prescription. Ainsi, une Sri Lankaise ne parlant pas français se verra prescrire une formation linguistique, tandis qu’un Tunisien actif arrivé en France après 30 ans, doté d’un CAP, ne l’aura pas.
Infos migrations n° 32 - février 2012
Picto-pdf
Les discriminations ressenties par les nouveaux migrants
Les nouveaux migrants sont 27 % à déclarer avoir subi des discriminations, à comparer aux 26 % d’immigrés qui font ce même constat. Cette discrimination a souvent pour motif l’origine et comme modalité le refus d’un droit. Leur ressenti est donc assez proche de celui des immigrés ou descendants d’immigrés. Par contre, les Français nés Français déclarent plutôt avoir subi des discriminations en raison de leur genre, et ce sont (plus) des propos ou attitudes discriminatoires.
Infos migrations n° 31 - janvier 2012
Picto-pdf
L’insertion professionnelle des immigrés et de leurs descendants en 2010
Les immigrés occupent une part croissante dans la population active, alors que les descendants sont stables en proportion. Ces deux populations sont très touchées par le chômage, mais de façon très hétérogène suivant leur origine ou celle des parents. Le diplôme les protège très imparfaitement à cet égard. Les immigrés des pays tiers sont surreprésentés dans les secteurs des activités d’administration et de soutien, plus encore que dans l’hôtellerie-restauration ou la construction. Ils sont aussi plus fréquemment à temps partiel.
Infos migrations n° 41, novembre 2012
Picto-pdf
Comment mesurer le déclassement professionnel
La notion de déclassement permet d’apprécier l’articulation entre emploi et formation. Deux approches de cette notion, parmi plusieurs possibles, sont discutées. En premier lieu, le déclassement peut se comprendre comme le fait d’exercer une profession qui ne requiert pas théoriquement le niveau d’éducation atteint par la personne. En second lieu, il se comprend comme le fait de ne pas atteindre un niveau de salaire correspondant usuellement à ce niveau d’éducation. Mesurer le déclassement suppose ainsi des choix et la mise en place de méthodes qui sont présentées ici.
Infos migrations n° 42, novembre 2012
Picto-pdf
Les populations déclassées
La Commission européenne engage les États membres à se coordonner sur l’analyse de l’intégration des populations d’origine étrangère. Pour cela, le public et les décideurs ont besoin d’indicateurs pertinents. L’inadéquation entre formation et emploi, et donc le déclassement, en font partie. L’objectif de l’étude présentée ici est de montrer les limites d’un « indicateur de déclassement ».
Numéro 43 - novembre 2012  
Picto-pdf
Le flux annuel de nouveaux actifs originaires des pays tiers
Picto-pdf
Rapport « Flux annuel d’entrées d’actifs étrangers sur le marché de l’emploi français - Estimation pour les années 2007-2009 »
Au cours de la période 2007-2009, environ 130 000 étrangers originaires des pays tiers sont arrivés chaque année en France dans le cadre de l’immigration à caractère permanent (définitions dans l’encadré page 3). Parmi eux, un sur dix a déjà un contrat de travail en France et la moitié accède au marché du travail dans l'année. Si l’on ajoute les étrangers inactifs présents depuis plusieurs années qui accèdent pour la première fois au marché de l'emploi, le flux annuel de nouveaux actifs étrangers originaires des pays tiers en 2007-2009 s’élève à 100 000 personnes environ, le niveau le plus élevé atteint depuis 20 ans.
Infos Migrations - Numéro 44 - novembre 2012
Picto-pdf
La mesure des entrées sur le territoire français
Les ressortissants étrangers issus de pays « tiers » sont soumis à l'obligation de détenir un titre de séjour pour séjourner « durablement » en France. Le dénombrement des titres délivrés constitue une évaluation des entrées sur le territoire. Les 190 000 entrées de 2010 sont d'abord pour motif familial (83 000). Le délai entre le dépôt d'une demande et la délivrance du titre afférent peut être long, dépassant parfois l'année. L'enregistrement de ces titres permet encore d'effectuer un suivi statistique des ressortissants étrangers résidant en France.

Numéros parus en 2011

                                                                                                                                ↑ Haut de page

Infos migrations n° 30 - décembre 2011
Picto-pdf
Endogamie et exogamie chez les nouveaux migrants
L’endogamie est davantage pratiquée par les migrants issus de pays non francophones. Leur maitrise approximative du français, malgré une présence en France de plusieurs années, les restreint à des emplois peu qualifiés et des logements plus précaires. Plus de la moitié des primo-arrivants en couple ont un conjoint français (exogamie), rencontré principalement dans leur pays d’origine. Le niveau de français ainsi que la situation professionnelle des exogames sont nettement plus satisfaisants que ceux des endogames. De plus, leur réseau social est davantage francisé. Les migrants en couple, avec un conjoint français par acquisition, ont un profil proche de celui des endogames. Vivre avec un conjoint français de naissance augure d’une meilleure intégration.
L’étude présente les principaux résultats observables relatifs aux choix des conjoints des primoarrivants.
Infos migrations n° 29 - novembre 2011
Picto-pdf
Le devenir des étudiants étrangers en France
Les étudiants venant des « pays tiers » peuvent ne suivre qu’une année d’études en France ou, plus souvent, un ou plusieurs cycles. Près d’un de ces étudiants sur trois restera en France pour y travailler ou se marier. La mobilité internationale des étudiants est forte. Les étrangers sont très bien représentés en France parmi les très diplômés.
Infos migrations n° 28 - novembre 2011
Picto-pdf
L’aisance en français des primo-arrivants
En 2009, 97 736 migrants ont obtenu un premier document de séjour et signé le contrat d’accueil et d’intégration (CAI). Si deux tiers d’entre eux déclarent un bon niveau général de français à l’oral, ils sont moins nombreux à se sentir à l’aise à l’écrit (53 %). Au total, ils ne sont que 44 % à ne déclarer aucune difficulté, ni à l’oral, ni à l’écrit. La pratique du français dans le pays d’origine joue un rôle déterminant. La maîtrise du français s’améliore fortement au cours des premières années de vie en France.
Infos migrations n° 27 - novembre 2011
Picto-pdf
Étudier en France : le choix de plus de 50 000 étrangers chaque année
Qui sont les étudiants étrangers ? Quels sont leur origine, leur durée d’études et leur âge à l’arrivée en France ? Il ressort de l’analyse du flux annuel deux principales modalités : complément d’un cycle largement suivi dans le pays d’origine ou cursus complet d’études en France.
Ces caractéristiques s’examinent encore par l’observation des inscrits une année donnée : niveau d’étude, type de formation. Ces étudiants sont un peu plus littéraires que scientifiques, ils sont très présents au niveau du doctorat.
Infos migrations n° 26 - novembre 2011
Picto-pdf
La vie en couple des nouveaux migrants
La mise, puis la vie en couple des nouveaux migrants se décline différemment suivant le sexe. Les femmes, provenant principalement du Maghreb, se sont en général mariées avant de migrer, et accompagnent ou rejoignent leur conjoint en France. Les hommes, installés en France depuis plus longtemps, se sont mis en couple plus souvent après la migration. Ils sont aussi davantage dans des formes d’unions moins classiques (non cohabitants, non mariés) voire célibataires. Ces écarts sont en cohérence avec les motifs de migration.
Infos migrations n° 25 - septembre 2011
Picto-pdf
Les acquisitions de la nationalité française en 2010
En 2010, le flux annuel des acquisitions de la nationalité française avec 143 275 nouveaux Français a connu une augmentation liée notamment aux acquisitions de la nationalité par le mariage. Ce flux reste très proche de la moyenne observée sur les dix dernières années (142 700). Au 1er janvier 2007, sur les 5,2 millions d’immigrés recensés dans la population française, 2,1 millions étaient des Français par acquisition.
Infos migrations n° 24 - septembre 2011  
Picto-pdf
L’accueil des bénéficiaires des programmes «Irak» et «Malte»
Picto-pdf
Reception of beneficiaries of the « Iraq » and « Malta » programmes
En 2009, la France a mis en œuvre deux programmes d’accueil de populations vulnérables : l’un concerne les personnes appartenant à des minorités vulnérables en Irak, l’autre les bénéficiaires d’une protection internationale obtenue à Malte. Ces deux opérations s’ajoutent au programme de réinstallation de réfugiés conduit avec le HCR en application d’un accord cadre signé avec la France en février 2008. Ces populations, au statut juridique différent, ont signé le Contrat d’accueil et d’intégration (CAI) en France, après un parcours migratoire long et complexe. Passés les premiers temps en France, elles se retrouvent face à des difficultés d’intégration. Malgré tout, elles restent confiantes en l’avenir et souhaitent toutes s’installer définitivement en France. In 2009, France set up two programmes for receiving vulnerable populations: one for people from vulnerable minorities in Iraq and the other for the beneficiaries of international protection obtained in Malta. These two operations are in addition to the refugee resettlement programme conducted with the HCR in application of a framework agreement signed with France in February 2008. These populations, each with a different legal status, signed the Reception and Integration Contract in France following a long and complex migration procedure. Following an initial period in France, they are experiencing problems with integration. In spite of this, they remain confident about the future and all wish to settle permanently in France.
Infos migrations n° 23 - mai 2011
Picto-pdf
Le chômage des jeunes descendants d’immigrés
Le taux de chômage des descendants d’immigrés des pays tiers à l’EEE de 15-24 ans est près de deux fois plus fort que celui des Français nés de parents nés français du même âge, même à situation socioéconomique similaire. Cette situation est particulièrement préoccupante chez les jeunes hommes, surtout quand ils n’ont pas fait d’études et que leur milieu social et familial est moins propice à la réussite sur le marché du travail. L’absence de diplôme est au final un facteur qui joue bien plus sur le fait d’être au chômage que le lieu de résidence. Les descendants d’immigrés algériens et marocains sont ceux qui ont le plus de mal à accéder à l’emploi.
Infos migrations n° 22 - avril 2011  
Picto-pdf
Les femmes immigrées signataires du CAI en 2009
Picto-pdf
Immigrant women having signed the CAI in 2009
En 2009, la France a accueilli 97 736 migrants bénéficiaires d’un premier titre de séjour, signataires du Contrat d’Accueil et d’Intégration (CAI). Les femmes sont majoritaires, elles représentent 52,3 % des migrants, soit 51 092 femmes. La plupart d’entre elles sont venues pour motif familial, et, en cela, ont connu un parcours administratif plus rapide que les hommes. Bien que de niveau d’éducation plus élevé, elles éprouvent des difficultés à s’insérer dans le marché du travail. Nombreuses sont celles qui sont au chômage ou devenues femmes au foyer. Quelques mois après l’obtention de leur titre de séjour, l’ensemble de ces femmes exprime pourtant leur satisfaction de leur expérience en France. 97 % des femmes déclarent que venir en France était une bonne décision. In 2009 France received 97,736 migrants on a first residence permit, signatories of the Contrat d'Accueil et d'Intégration (CAI, reception and integration contract). Women are the majority, 51,092, representing 52.3% of signatories. Most of these immigrated for family reasons and so the administrative processing of their applications has been quicker than for men. Although their level of education is higher they have experienced greater problems on the employment market. Very many are unemployed or have become housewives. A few months after obtaining their residence permit all of the women do however express satisfaction with their experience in France. 97% of women declare that coming to France was the right decision.
Infos migrations n° 21 - février 2011
Picto-pdf
La mobilité résidentielle des nouveaux migrants
Les nouveaux migrants ayant obtenu en 2006 leur premier titre de séjour sont plus mobiles que les Français car ils souhaitent accéder rapidement à un logement personnel ou améliorer le confort de leur logement. Le fait de déménager permet souvent de quitter une situation critique. Un an après leur arrivée en France, les nouveaux migrants sont encore nombreux à vouloir déménager. Ce sont quelques uns des enseignements tirés de l’enquête "Parcours et Profils des migrants" menée par la DREES en 2006 et 2007.
Infos migrations n° 20 - février 2011
Picto-pdf
La population étrangère en 2007
Au 1er janvier 2007, la population étrangère vivant sur le territoire français est estimée à 3,6 millions d’individus. La proportion d’étrangers dans la population totale atteint ainsi 5,8%. Cette population est plus jeune que la population française et vit plus souvent en famille. La part de la population étrangère vivant en communauté est relativement importante (3,6 %) en comparaison de celle de la population française (2,3 %).
Infos migrations n° 19 - janvier 2011  
Picto-pdf
Enquête ELIPA - Les nouveaux migrants en 2009
Picto-pdf
The new migrants of 2009
 En 2009, la France a accueilli 97 736 nouveaux migrants, candidats au séjour permanent. Ces nouveaux migrants ont ainsi bénéficié d’un premier titre de séjour et ont signé le Contrat d’Accueil et d’Intégration. Plus de la moitié d’entre eux étaient déjà en France depuis au moins deux ans, voire bien plus longtemps, et 3 sur 10 régularisaient leur situation au moment de l’admission au séjour permanent. Le choix de la France résulte d’une réelle volonté plutôt que d’une destination par défaut. Malgré un parcours administratif parfois long et fastidieux avant cette admission, les nouveaux migrants jugent en large majorité qu’il s’est bien passé, tout en ayant assez de recul pour souligner certains dysfonctionnements. Ils plébiscitent le dispositif d’accompagnement mis en place avec les contrats d’accueil et d’intégration même s’ils sont plus nuancés quant à l’aide qu’ils peuvent en attendre en matière de recherche d’emploi ou de logement. Ces nouveaux migrants expriment, quelques mois après l’obtention de leur premier titre de séjour, leur satisfaction vis-à-vis de leur expérience en France et 73% d’entre eux disent souhaiter s’y installer définitivement.  In 2009, France received 97,736 applications from new migrants for permanent residence. These new migrants have received a first residence permit and signed a Contrat d'Accueil et d'Intégration (CAI, reception and integration contract). More than a half of these had already been in France for at least two years, or much longer, and 30% were in the course of regularising their situation when permanent residence was granted. Their choice of France is the result of a real wish rather than merely as a default destination. Despite an administrative process that is sometimes quite long and tedious before being admitted, a large majority of these new migrants feel that it progressed satisfactorily, having had sufficient time afterwards to be able to point out some malfunctions. They approve of the support mechanism set up with the CAI even if they are less specific as regards the aid they can expect from it in terms of job searches and housing. These new migrants have expressed, a few months after receiving their first residence permit, their satisfaction regarding their experience in France and 73% of them say that they would like to remain indefinitely.
Infos migrations n° 18 - janvier 2011
Picto-pdf
L’insertion professionnelle des immigrés et de leurs descendants en 2009
 En 2009, la population active française compte 2,5 millions d’immigrés, dont les deux tiers originaires des pays tiers, et 2,4 millions de descendants d’immigrés dont 40 % ont des parents originaires des pays tiers. Les immigrés et leurs descendants contribuent chacun pour 8,2 % de l’emploi total, contre 7,6 % en 2006. Mais leur taux de chômage est deux fois supérieur à celui du reste de la population active (20 % pour les deux groupes contre 9 % pour la population totale). Entre 2006 et 2009, quelle que soit l’origine, ce taux a légèrement augmenté chez les hommes. Il a par contre fléchi chez les femmes, particulièrement chez les immigrées (- 2 points) et chez les descendantes des pays tiers (- 6 points).

Numéros parus en 2010

                                                                                                                              ↑ Haut de page

Infos migrations n° 17 - décembre 2010
Picto-pdf
Sous emploi et précarité chez les immigrés
 Avoir un contrat précaire ou être à temps partiel sans l’avoir choisi, être considéré comme inactif alors que l’on souhaite travailler : ces situations subies sur le marché du travail concernent plus souvent les immigrés que les Français de naissance. Seule l’obtention d’un poste qualifié fait disparaître ces inégalités. Par contre, les immigrés des pays tiers ne sont pas plus touchés par les horaires atypiques que le reste de la population, et sont même moins concernés par les horaires alternés.
Infos migrations n° 16 - août 2010
Picto-pdf
L’intégration « à la française » : plus de 130 000 nouveaux Français chaque année
 Le flux annuel des acquisitions de la nationalité française oscille depuis le début des années 2000 entre 130 000 et 150 000 parmi lesquels on compte 70 000 à 90 000 majeurs. Malgré un encadrement plus strict de l’accès à la nationalité, la France conserve une politique active d’intégration dans la citoyenneté nationale avec 136 000 nouveaux Français en 2009. Ainsi, au 1er janvier 2007, l’INSEE estime que parmi les 5,1 millions d’immigrés 2 millions ont acquis la nationalité française. À cette date, un peu moins d’un Français sur 22 était né étranger.
Infos migrations n° 15 - juillet 2010
Picto-pdf
Les descendants d’immigrés
 Il y a actuellement en France plus de 6 millions de descendants d’immigrés : 4,3 millions de 15 ans et plus (estimés par l’Enquête Emploi) et 1,85 million de moins de 15 ans (estimés par le recensement). Les descendants d’immigrés sont majoritairement issus des vagues migratoires en provenance d’Europe et surtout d’Europe du sud. Mais parmi les 15-24 ans de descendance immigrée, ceux d’origine extra communautaire principalement maghrébine et africaine sont désormais majoritaires. Aujourd’hui, les immigrés et les descendants d’immigrés totalisent 11,7 millions de personnes, soit 19% de la population résidente.
Infos migrations n° 14 - février 2010
Picto-pdf
L’insertion professionnelle des immigrés en 2008
 En 2008, 2,15 millions d’immigrés avaient un travail en France, 1,4 million venant des pays tiers et 750 000 des pays de l’EEE et de la Suisse. Les immigrés contribuaient ainsi à 8,4% de l’emploi, contre 7,4 % en 2005. Cette évolution s’explique par une augmentation rapide de la population active en provenance des pays tiers (+16,7 % en trois ans, contre +3,7 % chez les immigrés de l’EEE et moins de 1 % pour la population active non immigrée) et par une baisse assez sensible du taux de chômage (-3,5 points pour la population immigrée contre -1,4 point pour la population non immigrée). Pour les seuls immigrés des pays tiers, le taux de chômage a baissé de près de 5 points en trois ans, plus particulièrement celui des femmes (-8,5 points). Toutefois, le taux de chômage des immigrés des pays tiers reste en 2008 supérieur à celui de l’ensemble de la population (16,4 % contre 7,4 %).

Numéros parus en 2009

                                                                                                                              ↑ Haut de page

Infos migrations n° 13 - décembre 2009
Picto-pdf
Les entreprises créées en 2002 par des ressortissants des pays tiers : de plus grandes difficultés à survivre
 Les ressortissants étrangers créent plus facilement leurs entreprises que les Français mais elles sont bien plus fragiles. À peine 40 % d’entre elles sont encore en activité 5 ans après leur création. La première et la troisième année sont des caps particulièrement difficiles à franchir. Les entreprises des pays tiers qui réussissent le mieux et aussi bien que les entreprises créées par des Français sont les commerces et les sociétés à la clientèle locale et nombreuse. Inversement, les entreprises de construction ou individuelles sont plus largement soumises à l’échec que les entreprises françaises de même type.
Infos migrations n° 12 - novembre 2009
Picto-pdf
L’immigration sud-asiatique en France : discrète et exemplaire ?
Picto-pdf
Invisible et modèle ? Première approche de l’immigration sud-asiatique en France
 Première approche d’une immigration méconnue en France : l’immigration en provenance des pays d’Asie méridionale (Inde, Pakistan, Sri Lanka et Bangladesh) à travers leur diversité religieuse, ethnique et nationale, la complexité de leurs parcours migratoires et leurs trajectoires d’intégration.
Infos migrations n° 11 - octobre 2009
Picto-pdf
L’évolution des valeurs en France
 Analyse à partir de l’enquête EVS (European Values Survey) de l’évolution des valeurs de l’ensemble des personnes résidant en France, avec un regard plus spécifique sur la perception des Français à l’égard des immigrés et les valeurs des populations immigrées vivant en France.
Infos migrations n° 10 - octobre 2009
Picto-pdf
La population étrangère résidant en France
 Description de la population étrangère résidant en France métropolitaine selon la nationalité, l’âge, le sexe, la localisation géographique.
Infos migrations n° 9 - mai 2009
Picto-pdf
L’acquisition de la nationalité française dans le parcours d’intégration
 Chaque année environ 140 000 personnes acquièrent la nationalité française. Le ministère de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire a souhaité cerner les motivations et connaître l’opinion de ceux qui ont bénéficié de la cérémonie de remise du décret de naturalisation. Cette étude, confiée à Vérès Consultants, s’est déroulée en deux temps : une enquête par questionnaire auprès de 500 personnes, suivie de 40 entretiens approfondis.
Infos migrations n° 8 - février 2009
Picto-pdf
L’insertion professionnelle des immigrés en 2007
 La population active immigrée des pays tiers à l’Espace économique européen et à la Suisse (1,5 million d’individus, soit 5,6 % de la population active) a progressé plus vite que l’ensemble de la population active entre 2004 et 2007 (+ 14 % contre + 2 %). A l’image de la population totale, le taux de chômage a diminué pour les actifs originaires des pays tiers, passant de 21 % à 19 % en 3 ans. Le taux de chômage chez les étrangers des pays tiers restent supérieur de 8 points à celui des immigrés ayant acquis la nationalité française.
Infos migrations n° 7 - janvier 2009
Picto-pdf
Les conditions de logement des immigrés en 2006
 Les immigrés connaissent de moins bonnes conditions de logement que les Français de naissance : ils sont logés dans des logements plus petits, de moins bonne qualité et plus chers.
Infos migrations n° 6 - janvier 2009
Picto-pdf
Les ménages immigrés en 2006 : des locataires en zone urbaine
 Les immigrés sont majoritairement locataires en zone urbaine. Les immigrés ont plus de difficultés pour accéder au logement et aussi pour payer leur loyer.

Numéros parus en 2008

                                                                                                                              ↑ Haut de page

Infos migrations n° 5 - novembre 2008
Picto-pdf
Profil des migrants accueillis dans le cadre du dispositif public en 2006
 Portrait des signataires et des non signataires du contrat d’accueil et d’intégration accueillis dans le cadre du dispositif public d’accueil en 2006 à partir d’une enquête réalisée par la DREES cette même année.
Infos migrations n° 4 - novembre 2008
Picto-pdf
La population active étrangère
 Principales caractéristiques de la population active étrangère par âge, sexe, secteur d’activité, taux d’activité, de chômage et d’emploi.
Infos migrations n° 3 - novembre 2008
Picto-pdf
La population étrangère résidant en France
 Description de la population étrangère résidant en France par nationalité, âge et localisation géographique en France métropolitaine.
Infos migrations n° 2 - novembre 2008
Picto-pdf
Mixité franco-étrangère : quelle réalité sociale ?
 Dans cette étude, la notion de couples mixtes franco-étrangers ne s’appuie pas uniquement sur les unions entre Français et étrangers, mais s’étend également aux populations issues de l’immigration et aux liens entretenus avec les pays d’origine.
Infos migrations n° 1 - octobre 2008
Picto-pdf
Les entrées annuelles des ressortissants des pays tiers sur le marché de l’emploi de 2004 à 2006
 Estimation du flux annuel d’étrangers qui entre sur le marché du travail français dans le cadre de l’immigration à caractère permanent et qui sont arrivés en France à un autre titre que l’immigration de travail.